img { max-width: 3500px; width: expression(this.width > 3500 ? 3500: true); }

vendredi 7 décembre 2012

So much to tell you



Je suis un peu rousse pour l'instant, ok, mais je suis sur le chemin pour retrouver (enfin) ma couleur naturelle... Blonde. Pas blonde platine. Vraie blonde.

Bref.

Comme a pu le remarquer un certain commentaire signé "Anonyme", on pourrait croire qu'à travers mes textes, je raconte mes histoires et mon passé de façon à rechercher à m'auto-détruire. Je pense qu'il est plus que clair que ce n'est plus un secret depuis longtemps. Avant aujourd'hui, j'ai longtemps cherché à me blesser, à me détruire, m'empêchant d'avancer. Je pense avoir été une personne qui a traversé beaucoup de choses malgré elle, mais qui l'a tout de même cherché. J'ai réussi à me sortir de chaque phase, car mon auto destruction n'est jamais allé jusqu'à souhaiter ma mort. Pourtant je pensais que c'était mon cas, souvent. Mais ma mère et mes deux frères; ma famille; sont les personnes qui m'en ont empêchés.

Je ne pense pas que de simples faits relatés sur un blog feront de vous des personnes qui me connaissent, comme je le prétendais au début. Mais simplement le fait de partager ces sujets, à coeur ouvert, sur un blog public, peut prouver que certaines choses souvent tabou ne doivent plus l'être. Le mal-être à l'époque de l'adolescence est une chose que chacun rencontrera à cette période. Chacun l'a vécu différemment, ici, ce n'est qu'une version des 7 milliards d'autres que vous pourrez entendre.

Aujourd'hui, je tire ma force de mes erreurs, et du fait que j'ai réussi à me relever des dizaines des fois, et que enfin, je m'en sors et trouve ma voie. Je ne sais pas si ca été la thérapie, ou si ce sont mes traitements médicamenteux, ou simplement le fait de grandir qui me fait aller mieux. Mais ce mal en soi, cette boule au ventre, ce pincement au coeur qui ne partira jamais, cette sensation d'une épée de damoclès au dessus de ma tête, et autre maux psychiques sont des choses qui jamais ne disparaitront. Je dois simplement apprendre à les maitriser, à ne pas les laisser me guider dans ma vie de tous les jours.

Je ne veux plus de tabou dans ma vie. Plus de mensonges autour de moi. Je les renifle à 10kms à la ronde désormais, ou alors je deviens paranoïaque, qui sait? Mais ces trois dernières années à Paris m'ont fait cet effet: se méfier des gens. Et c'est triste. En Bretagne, a part quelque mauvaise personne, les gens sont simples, gentils, ne se prennent pas la tête. A Paris tout n'est que violence, hypocrisie, méchanceté. Je me surprends parfois à me rendre compte que je deviens comme cela. Mais naïve comme j'étais, je pense que c'est un mal pour un bien.

Maintenant, adorez moi, détestez moi, je n'ai rien à cacher. Si vous souhaitez me juger sur mon passé, faites le, c'est le passé, rien n'y changera. Comme je le dis, j'ai fais des erreurs, et ces erreurs m'ont menées là où je suis aujourd'hui, donc je ne peux rien regretter. Si vous souhaitez encore trouver des sujets sur lesquels m'attaquer, allez y, je vous pondrais un pavé là dessus.

Je suis loin d'être physiquement parfaite, je retouche la plupart de mes photos car j'ai honte de mon nez ou de mes gros mollets trop musclé, de mes cernes trop creusés, de mes bras tordus et de mon front trop grand. Je ne suis pas riche et l'ai jamais été, même si je ne paye pas de loyer, je travaille comme une dingue pour pouvoir mener la vie que je mène. Ma mère est très présente dans ma vie, elle m'aide sur tous les plans, mais surtout elle est là pour moi à chaque seconde, et je lui voue un amour inconsidéré, on a une complicité qui est rare entre mère et fille, et nos plus gros fous rire sont lorsque l'on fait du bricolage (HS). Mes deux grands frères sont la présence masculine qui a remplacé mon père. Mon père existe mais comme beaucoup l'ont remarqués, je n'en parle jamais. Nos relations sont très mauvaises et je lui ai dis Adieu il y a quelques mois pour ne plus jamais avoir affaire à lui. Cela m'a causé beaucoup de soucis dans ma vie, psychologiquement parlant. J'ai abandonné mes cours lâchement lors de ma seconde, car j'ai développé une phobie scolaire au cours de l'année. Puis on a déménagé au fin fond de la campagne, je suis restée 1 an enfermée, seule, dans une maison qui n'était pas la mienne mais celle de l'ami à ma mère. J'étais inscrite au CNED. J'ai du envoyé 3 devoirs en 10 mois. C'est là que j'ai commencé à voyager, pour fuir cet enfermement. Et pour me trouver une nouvelle passion. J'ai ensuite perdu 15 kilos entre mes 16 et 18ans, non pas miraculeusement en mangeant sain et faisant du sport, mais en tombant dans l'anorexie et la boulimie. Cette maladie m'a longtemps bouffée mais je me fais soigner. Je pense que j'en ferais un article plus complexe car ce sujet est beaucoup trop tabou, mais pourtant très présent dans la société et n'est pas vraiment toujours bien relaté. Et certains commentaires agressifs là dessus le prouvent. (Je cite "Non mais elle se fait vomir t'es aveugle ou quoi"). Démonstration d'intelligence, 10/10.


See you soon.


Alice.

19 commentaires:

Liz'Atem a dit…

hum... cette phobie scolaire, le cned et ses cours envoyés au compte goutte quand on y pense, l'isolement, le fait de fuir en voyageant...Les kilos qui apparaissent et disparaissent comme par magie...Je me sens moins seule finalement.

Anonyme a dit…

Coucou Alice,

comme beaucoup de personnes qui visitent et suivent ton blog, je t'ai "connu" par le biais de Tokio Hotel. Il me semble que tu ne veux plus trop t’épancher sur le sujet (moi même je pense avoir décroché de cette période) mais je me demandais si tu pourrais faire un article sur eux. Enfin sur tes voyages, ce qu'ils t'ont apporté à ce moment de ta vie... Je pense qu'on s'est tous et toutes posé cette question à un moment ou un autre et maintenant que tu as pris du recul serais-tu prête à en parler ?

Bonne continuation, je suis contente de savoir que tu réalises tes rêves et t'en donne les moyens. Tu es une battante, ça se voit.

Paulynagore a dit…

Oula phobie scolaire, anorexie, je connais bien --'Et les commentaires et remarques immatures qui vont avec aussi, je crois que ces personnes là tant qu'elles ne l'auront pas vécues, elles continueront ces remarques débiles du genre "elle se fait vomir", cette maladie est une telle saloperie qu'il est difficile de s'en débarasser, je suis tombée dedans à cause d'une phobie, non pas parce que je voulais contrôler mon corps, j'ai toujours été maigre mais au final ça revient au même, tu maigris encore et encore, bref je crois que c'est une bonne idée de faire un article là dessus, c'est encre trop tabou et il faut le briser pour que les gens prennent conscience que c'est une maladie très grave, qu'on en meurt et que c'est pas un caprice pour quelques kilos en trop, on ne le fait pas exprès.

Continue de te battre et ne dis pas que tu es pas belle, je t'ai vu plusieurs fois, tu es très jolie ^^ mais je crois que tu accepteras ton corps avec le temps :-)

Bisous

Ezia a dit…

L'anorexie, la boulimie... Viens dans mon blog, justement je viens d'en faire un article

Anonyme a dit…

Malheureusement tu auras toujours des personnes immatures qui commenteront tes articles...c'est comma ça, surement par envie de faire du mal ou bien parce que c'est la seule chose intéressante qu'ils feront dans la journée, pour ma part, je trouve ton blog un peu plus personnel et j'aime beaucoup, tu as une très belle écriture !!

quand au sujet de l'anorexie et de la boulimie...pour ma part j'ai perdu 20 kilos de façon tout à fait saine, en faisant du sport et en mangeant plus équilibré...et puis un jour, je ne sais pas pourquoi, par peur de reprendre? je suis tombé dans l'anorexie/boulimie et vomitive...je le suis maintenant depuis 1 an et demi...j'espère en guérir un jour, j'essaie mais c'est une maladie, une vraie...mais un jour j'y arriverais...

manuella

Anonyme a dit…

Je trouve ta démarche très intelligente. Ca fait du bien de poser l'idée que les tabous n'ont aucune validité supradivine, qu'on peut dire les choses telles qu'elles sont, et aller au-delà. Je suis moi-même passablement fatiguée de l'hypocrisie ambiante et du cache-cache permanent pour le "socialement correct".

Fifi a dit…

Coucou Alice , je te trouve très courageuse comme fille et je te comprends tout à fait . Comme toi l'adolesecence a été une péride sombre de ma vie où bcp de personnes qui étaient soit disant mes amis m'ont tourné le dos car je prenais un chemin différent du leur. J'ai su trouvé la force de me me battre comme toi même si c'était dur et que je suis aussi passé par l'anorexie. Aujourd'hui encore ,il ya tjs une partie de moi qui cherche à s'autodétruire par moment , surement par manque de confiance en moi , mais je me dis que si on est encore là sur cette Terre ce n'est pas pour rien, alors je trouve le courage de relever la tête pour avancer. Et crois moi rien n'est perdu dans la vie , garde espoir ;)

Anonyme a dit…

En même temps si tu es tombee dans lanorexie et la boulimie, peu importe ce qu'on peut en dire, t'as qu'a t'en foutre puis ce que de toute façon c'est la vérité. Tu le confirmes toi meme. Assume le jusqu'au bout. Vus tout ce que tu nous raconte ces derniers temps, t'es plus à ça près non?! Et puis au final... Qui sommes nous a tes yeux? Ça devrait te passer au dessus de la tête! Ou alors ne le partage pas publiquement si tu n'accepte pas la critique. C'est le risque encourus.

Bonne soirée !

Anonyme a dit…

Ps: le commentaire n'est pas agressif.

Anonyme a dit…

3615 je raconte ma life

Anonyme a dit…

je te dit bravo. C'est pas simple d'en parler. J'espère que tu t'en sortira, si ce n'est déjà fait. Don't pay attention aux mauvais commentaires car finalement si ces personnes viennent sur ton blog c'est pck tu les intéresses...et tes histoires aussi. Bonne chance en tt cas.
PS: Paris c'est pas mal, qd on trouve une certaine stabilité perso et professionnel. tu verras. ;-)
by TSA.

Anonyme a dit…

Salut :) Je lis ton blog depuis pas mal de temps et j'aime beaucoup ta maniere d'ecrire et l'image que tu donnes de toi.

Continue parce que j'aime beaucoup lire tes articles et apparemment je ne suis pas la seule :)

Pleins de bisous!

Anonyme a dit…

C'est un journal intime ou un blog mode içi ?

Anonyme a dit…

C'est un blog tout simplement et un blog on y met ce que l'on veut, si ça ne te plaît pas tu n'es pas obligée de venir le lire

Anonyme a dit…

Je suis l'Anonyme en question.
Mon commentaire n'avait rien de rageux, il était simplement sincère, c'est ce que j'ai pensé juste après avoir lu ce récit. C'était impulsif, "wtf, elle cherchait vraiment le bâton pour se faire battre!"
Contrairement à ce que j'ai pu lire en réaction ici par rapport à mon commentaire, je ne suis pas insensible et je connais la dépression. En revanche, il est vrai que je n'ai jamais eu de troubles bipolaires ni même de tendances autodestructrices, du moins, pas aussi élevées que les tiennes.

Je tenais à revenir sur mes propos.
Ce qui m'a énervée en lisant ton récit c'est que j'ai eu l'impression que tu éprouvais une certaine fierté à avoir fait tout ce que tu avais fait.
En réalité, j'ai mal compris.
La fierté que tu éprouves ne résulte pas de tes actes mais de ta capacité à en parler sans tabou aujourd'hui.
Et en lisant les commentaire et tous ces "olala tu es courageuse etc" c'est vrai que ça m'a énervé. tu t'es mise dans des situations à risques et extrêmement dangereuses volontairement et OUI tu aurais pu y trouver la mort. Et je ne voyais pas ce qui avait de courageux là dedans, c'était un comportement lâche.
Et je trouve qu'il y a une certaine injustice finalement pour les personnes à qui il arrive des choses terribles et qui ne se sont pas mises dans ces situations volontairement. Et toi, tu t'en sors, tranquille.
Bon, tranquille... ou pas, vu que tu as suivi une longue thérapie etc. Tu as des séquelles, et quelque part, je trouve ça rassurant.
Ces séquelles sont ta force aujourd'hui. C'est le prix à payer de ton passé, elles sont importantes et utiles, mais je pense que tu as compris.

Je n'ai pas non plus pris en compte le fait que tu es bipolaire. Les bipolaires se mettent dans des situations à risques volontairement, et je l'ai appris récemment. Je pensais que les bipolaires se contentaient d'avoir des phases "down" et "up" démesurées mais en réalité c'est plus complexe que ça.
Je comprends mieux ton comportement même si JE NE LE CAUTIONNE PAS.

J'admire les personnes qui renaissent de leurs cendres, qui se relèvent après être tombées : c'est certainement la plus belle démonstration de courage et de force.

J'espère que tu y arriveras.

Anonyme a dit…

Vivement le prochain article !

Segodecham a dit…

Ton article est très beau et très touchant et je pense que beaucoup de jeunes filles s'y retrouveront ! Moi même, un peu. C'est ton choix de vouloir en parler librement sur un blog, et les gens doivent le respecter (mais bon, y'a des rageux partout hein !) En tout cas moi je te trouve courageuse d'oser en parler avec autant de franchise et de fermeté, je pense que tu es bien plus forte que ce que tu ne crois !
Courage et continue comme ça, tu es belle :)

Je t'embrasse.

Lola 19ans a dit…

De nombreuses personnes ont déjà du te le dire, car c'est évident, d'une d'une certaine manière ça fait du bien de te lire. De manière différente pour chacun de nous je suppose. J'ai aussi suivis ton blog sur TH, et il y a quelques temps j'ai eu envie de voir s'il perdurait. Et j'ai trouvé ce blog. Cet article. J'ai aussi abandonné "lâchement" les cours lors de ma seconde pour phobie scolaire selon les psy.. Ensuite j'ai passe un an et demi sans sortir. Avec seul compagnons mes cours du CNED que j'ai aussi finis par abandonner "lâchement" après avoir envoyé 3ou4 devoirs et après avoir perdu beaucoup de poids.. Seuls les gens qui l'ont vécu peuvent comprendre ce qu'on ressent, ce qu'on pense. Il est logique de passer par une phase d'auto destruction après ça.. "Pourquoi on n'a pas suivis le cours comme les autres.. Pourquoi MOI j'en suis la?". Ça fait du bien de savoir que d'autres l'ont vécu.. Et qu'ils s'en sont sortis comme toi:)

Sho0u a dit…

Bon en fait je me rends compte que laisser un commentaire serait un peu comme tous les autres, et tout a été dit. Il fut un temps ou pour faire ce que nous avons toutes fait, il y avait forcément un mal être existant.
Personnellement, je me souviens ce que j'entendais sur toi lors des premières fois que je t'ai vu. C'est fou à quel point une bande d'adolescentes arrivent a se recréer un monde avec les même vices que le monde qu'elles cherchent justement à fuir.
Bref, tout ça pour dire que les préjuges ont fait encore beaucoup de mal, finalement les adolescentes sont quand même les pires. On a toutes finit au CNED, avec une obligation de reconstruire sa vie. Enfin certaines ne l'ont pas fait, c'est une autre histoire. Dans tous les cas, je pense que la Alice de 2013 est encore plus forte que celle de 2007 qui se prenait tant de remarques dans la tête. Je continuerais à te suivre, parce que je suis heureuse de voir que nous avons toutes changées :)

Marie-Pierre - anciennement Sho0u

(Merci, ton blog m'a permit de faire une pause de révisions, et ça c'est pas mal !)